Juin 2017

Revue de presse de juin 2017 sur la migration en Afrique de l’ouest

Revista de imprensa de junho de 2017 sobre migração na África Ocidental

PORTUGUES

Agadez: cidade da esperança e dos sonhos desfeitos

Agadez, situada às portas do Saara no norte do Níger, é um cruzamento de onde partem milhares de imigrantes com a esperança de chegar à Líbia e dali para Europa, enquanto outros voltam de sonhos desfeitos. Em 2016, a Organização Internacional de Migração (OIM) registrou 335.000 imigrantes indo para o norte e cerca de 111.000 que chegaram a Agadez, no sentido contrário. São números parciais: a OIM só contabiliza os imigrantes que passam por seus pontos de observação, sem esgotar essa pesquisa. Vão para Argélia ou, na grande maioria, para Líbia, para trabalhar à espera de poder subir em um barco com destino à Europa. (Leia mas)

FRANÇAIS

L’ONU et l’Union africaine lancent le Groupe de haut niveau sur les migrations en Afrique

La Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA) et l’Union africaine (UA) ont lancé à Monrovia le Groupe de haut niveau sur les migrations (HLPM) en Afrique – un panel visant à placer les questions de migrations au sommet de l’agenda politique en engageant les principaux acteurs et partenaires, selon un communiqué onusien. Etabli par la CEA sous la direction de la Conférence conjointe des ministres de l’UA et de la CEA à Addis-Abeba, ce groupe composé de 14 membres est présidé par Mme Sirleaf, la présidente du Libéria. (Lire l’article)

Les miraculés de l’enfer Libyen

Ils ont été brûlés par les flammes de l’enfer libyen. Ces migrants miraculés Sénégalais … se sont retrouvés sur le tarmac de l’aéroport Léopold Sédar Senghor par la magie d’un coup de dés. Le hasard qui maintient en vie ceux qui ont goûté au bonheur du désespoir. S’ils ont échappé à la mort physique, nos compatriotes sont ensevelis dans le linceul de la mort sociale. Ils ont mené une vie de chien en Libye. Là-bas… leur dignité a été souillée par le venin de la cupidité d’une partie de la population que le conflit libyen a transformé en monstres. Ce pays a basculé dans l’innommable, depuis l’assassinat du défunt guide libyen, Mouammar Khadafi. La loi de la jungle y règne en maître et répand au quotidien les graines de la mort. Eux, ont échappé à la faucheuse. (Lire l’article)

Niger: Encore un drame de la migration dans le désert

Les drames de la migration se suivent et ne se ressemblent pas, la découverte de 44 corps de migrants dans le désert nigérien lève le voile sur le chemin de croix qu’ils endurent dans le désert avant même d’atteindre la méditerranée, où leur sort n’est souvent pas meilleur. Les corps ont été découverts dans le désert du Niger d’où les malheureux tentaient de  rejoindre la Libye, avant de chercher à atteindre la forteresse Europe. Parmi les victimes figurent 17 femmes et cinq enfants, dont trois bébés. Six survivants ont raconté mercredi que les victimes étaient mortes de soif. Le véhicule à bord duquel ils voyageaient est tombé en panne. Ils ont alors erré dans le désert probablement jusqu’à l’épuisement, racontent les miraculés. (Lire l’article)

Le Burkina Faso , essentiellement “un pays d’émigration”

La population émigrée du Burkina Faso est estimée entre 8 et 9%, contre 4% pour les immigrés, selon les conclusions d’une étude menée par l’Institut supérieur des sciences de la population (ISSP). Ladite étude a été menée dans le cadre d’un projet de recherche sur les interactions entre politiques publiques, les migrations et le développement au Burkina Faso, mis en œuvre par l’ISSP en collaboration avec l’OCDE et co-financé par la commission de l’Union Européenne.(Lire l’article)

Côte d’ivoire – Lutte contre la migration: L’Ue demande plus d’engagement

Le Vice-Président ivoirien Daniel Kablan Duncan a échangé avec le Commissaire européen en charge de la migration, Dimitris Avramopoulos. Les deux délégations ont évoqué la problématique de la migration des Africains vers l’Europe. La préoccupation principale de la Commission européenne étant que la Côte d’Ivoire aille au-delà de la sensibilisation qu’elle fait actuellement pour engager davantage d’actions pour arrêter le flot migratoire. Vu que la Côte d’Ivoire est perçue comme le 3e pays de départ des migrants. Une perception que la Côte d’Ivoire conteste parce que se considérant elle-même comme une terre d’immigration. À preuve, 26% de sa population est d’origine étrangère. Mieux, une  récente enquête menée en Italie révèle que c’est seulement 1/3 des migrants se présentant comme Ivoiriens qui le sont effectivement. Néanmoins, elle a promis de contribuer à la lutte contre ce phénomène, à condition d’obtenir davantage de soutien de l’Ue dans le financement des projets à l’intention des jeunes aussi bien pour les emplois, la formation et l’auto-emploi. (Lire l’article)

Apatridie : ils sont avec nous, mais « n’existent pas »…

Ne lui demandez pas son âge, elle ne saurait y répondre avec la promptitude que requiert une telle question. Son plus grand regret : n’être pas allé à l’école. L’image de ses camarades du quartier empruntant le chemin des bancs avec leurs cartables la hante encore. Son nom, c’est Dié Fall, et elle souffre d’un mal qu’elle partage avec quelque 10 millions de personnes dans le monde.  Bienvenue chez les apatrides. (Lire la suite)

La migration vers l’Europe, coûte que coûte, malgré les dangers

Uche est arrivé du sud jusqu’à la grande ville de Kano, dans l’extrême nord du Nigeria, dans des minibus bondés et par une route truffée de nids de poule. Voilà quatre jours qu’il attend. Et son périple vers l’Europe n’a pas encore commencé. Son chemin est déjà tout tracé: Agadez au Niger, la ville carrefour aux portes du Sahara, puis un camion l’emmènera à Sabha, dans le sud-ouest de la Libye. De là, il rejoindra Tripoli, puis l’Italie ou l’Espagne. Si tout se passe bien. Mais à peine est-il parti, que les ennuis commencent. Le passeur qui devait lui faire traverser la frontière poreuse vers le Niger a été arrêté. « Sa maison est sous surveillance », raconte Uche, électricien dans son ancienne vie. En attendant, il est bloqué à Kano, dans le quartier chrétien de la ville, où il a retrouvé un ami pour l’héberger. (Lire l’article)

Les fonds de migrants vers l’Afrique de l’Ouest s’élèvent à plus de $26 milliards en 2016

Les montants des transferts monétaires envoyés par les migrants à leurs familles dans les pays en développement ont progressé de 51% au cours des dix dernières années. Un chiffre à mettre en parallèle avec l’augmentation de 28% des migrations en provenance de ces pays. C’est ce que révèle, la première étude menée sur dix années (2007-2016) des flux de migration et de transferts d’argent (Sending Money Home: Contributing to the SDGs, One Family at a Time) réalisée  par le Fonds international de développement agricole (Fida). (Lire l’article)

Jeune, éduqué, vulnérable… portrait-robot du migrant au Niger

Les données recueillies par les camps de transit au Niger, qui veulent promouvoir des « alternatives à la migration », permettent de mieux cerner le profil des migrants. Après le verrouillage de la route migratoire des Balkans, les Européens veulent s’atteler au casse-tête de l’axe de la Méditerranée centrale. Parmi les propositions mises sur la table par la Commission européenne, des centres de « transit » chargés de retenir les migrants avant qu’ils n’entament la traversée vers l’Europe. Une solution qu’on retrouvait dans le programme d’Emmanuel Macron : « Nous développerons des actions et des projets dans les principaux pays de départ et de transit des migrants, de manière complémentaire et additionnelle à notre aide au développement, en appuyant également l’installation de points de contrôle dans ces pays avant l’arrivée dans l’UE, l’aide à la lutte contre les passeurs et le retour des migrants non autorisés à entrer dans l’UE. » (Lire l’article)

Fabrice Leggeri veut plus de coopération au Niger pour endiguer l’immigration

Fabrice Leggeri, le Directeur du Frontex, constate que, depuis le début de l’année, les flux ont nettement baissé sur la route de la mer Egée, tandis que «la route de la Méditerranée centrale est devenue l’objet de toutes les préoccupations».
Le directeur de Frontex estime qu’il n’y a pas de polémique sur les missions de sauvetage des ONG mises en cause en Italie. Après discussion au siège «
avec un certain nombre d’entre elles», certaines ont émis le souhait, dit Fabrice Leggeri, d’augmenter la coopération avec l’agence pour apporter «des preuves pouvant être utilisées ultérieurement par la justice», dans le cadre de la lutte contre les passeurs. Pour éviter les drames et les trafics, «c’est au départ dans les pays comme le Niger qu’il faut intervenir, avant qu’il ne soit trop tard», estime Fabrice Leggeri. Cela passe entre autres sur place «par de la coopération dans la gestion des flux migratoires».(Lire l’article)

Mali-Représentation de la diaspora à L’Assemblée Nationale. : un premier succès du CSDM

Avec la prise en compte de la participation de la diaspora aux législatives par le projet de loi portant révision de la Constitution malienne du 25 février 1992 on peut dire que Mohamed Chérif Haïdara et ses hommes ont remporté la première de la bataille, reste à voir le degré d’application de cette nouvelle décision au sommet de l’Etat. Déjà, le CSDM a déjà un schéma. Il note que les Maliens de l’extérieur sont déjà organisés en cinq zones et demande pour eux le 10e de la taille du Parlement. D’ores et déjà, c’est une immense satisfaction au sein de la diaspora d’où les nombreux messages de félicitation pour cette étape franchie. (Lire l’article)

Immigration: les Guinéens, Maliens, Sénégalais, Ivoiriens rapatriés de la Libye n’ont pas reçu l’argent promis par l’OIM

Une centaine de jeunes africains qui avaient choisi le chemin de l’aventure ont, à partir de la Libye, été rapatriés à Conakry le mardi 13 juin 2017. Ces jeunes ont tous, été logés à la maison des Jeunes de Matam. Parmi eux, il y a des Guinéens, des Maliens, des Sénégalais, des Ghanéens et des Ivoiriens, rapporte un reporter de Guineematin.com qui s’est rendu sur place. (…) Seulement, ces immigrés soutiennent que l’Organisation Mondiale de la Migration (OIM) leur avait promis de leur remettre cinq cent euros chacun à leur arrivée, plus de cinq millions de francs guinéens (5 093 191 GNF). Mais, « à notre arrivée, chacun de nous n’a reçu que 500 000 francs guinéens », dénoncent-ils. Alors, où est passé tout le reste de cet argent ? (Lire l’article)

Mali : Gestion de la problématique migratoire : Les acteurs proposent leurs solutions

Du 15 au 17 juin 2017 s’est tenu à Bamako,  à l’initiative du ministère des Maliens de l’extérieur et de l’intégration africaine, les concertations sur les problématiques migratoires.  Aux termes des travaux, des recommandations ont été formulées par les participants pour une meilleure gestion du phénomène. Cette rencontre de trois jours qui a réuni près de 300 participants avait pour but d’offrir un cadre légal aux acteurs concernés par les questions de migration de faire des propositions pour une meilleure gestion de la question. (Lire l’article)

Le Burkina Faso accueille la Journée mondiale de lutte contre la désertification

Le thème majeur de cette année: le lien entre la dégradation des terres et la migration. Les manifestations officielles se déroulent cette année à Ouagadougou au Burkina Faso qui souffre comme la plupart de ses voisins de la désertification. Des sols craquelés, sans un brin d’herbe…: un tiers des terres est dégradé chaque année au Burkina Faso, ces sols deviennent donc désertiques. (Lire l’article)

Des parlementaires ivoiriens instruits sur les textes de la CEDEAO

Apporter aux parlementaires ivoiriens, des arguments solides, afin de leur permettre de mieux défendre les projets de lois pour une meilleure protection des droits des personnes migrantes dans l’espace Cedeao. Tel est le but d’un atelier organisé, à Angré, dans la commune de Cocody par la convention de la société civile ivoirienne (Csci). Cette formation, la énième du genre, a enregistré la participation d’une vingtaine de députés ivoiriens autour du thème « les politiques migratoires en cours d’élaboration en Côte d’Ivoire et la liberté de circulation ». (Lire l’article)

Côte d’ivoire – Migration irrégulière : un projet de campagne d’information financé par l’Allemagne à hauteur de 300 millions F CFA

Le Ministère de l’Intégration africaine et des ivoiriens de l’extérieur (MIAIE) en synergie avec l’OIM (Organisation internationale pour les migrations), a